Association de jeunesse et d’éducation populaire, gérée et animée par des jeunes

Accueil > Le MRJC, c'est quoi ? > Fondements

Texte fondateur du MRJC - Orientations 2014-2021

 

"Le MRJC a 85 ans d'Histoire. On pourrait se dire que l'Histoire dont nous sommes issus, nous jeunes du MRJC, est telle qu'elle est, qu'il ne faudrait pas y toucher. Or, nous avons un devoir de réinventer, d’inventer toujours, de créer, de regarder autour de nous, de résister. Repenser nos Orientations tous les 7 ans, cela pourrait paraître redondant, c'est en fait une nécessité.

Nous sommes le fruit d’une grande Histoire, l’Histoire de notre monde, mais nous sommes aussi le fruit d'une petite histoire, celle du Mouvement. Nous pourrions être tentés de nous laisser porter et de nous comporter juste en tant qu’héritiers, voire en tant que rentiers. Les biens de ce capital épuisé, de quoi vivrons-nous ? Nous pouvons être fiers d’une histoire, du projet que nous portons, mais si nous ne créons pas à notre tour, ce passé s’épuisera comme une peau de chagrin. Cette histoire du Mouvement nous est confiée à la fois par ceux qui sont passés, mais aussi par ceux qui viendront.

Pour cela, nous devons commencer par définir notre essence, notre point de départ pour l'action, ce qui fait la spécificité du MRJC, nos clés de lecture pour lire et comprendre le monde. Nous présentons ici ce qui nous rassemble, cette vision de l'Homme qui nous unit, sa dignité que nous voulons défendre et l'espérance que nous portons.

C’est à notre tour de faire l’Histoire, de bâtir un devenir commun.

 

Aujourd’hui, nous voulons exprimer ensemble ce qui fait sens pour nous : notre raison d’être. C’est une parole d’engagement. Il est des moments où le besoin de mettre en mots ce qu’on vit est nécessaire. Il en est de cette importance.

Nous, jeunes du MRJC, nous voulons témoigner de ce que nous vivons, de ce que nous voyons.

Nous ne voyons pas une société constituée d’individus qui se juxtaposent. Nous voyons bien au contraire, des hommes et des femmes, des personnes porteuses d’une histoire, des êtres aux identités plurielles, des personnes faites de complexité et de pluralité. Ces hommes et ces femmes ne sont pas figés les uns à côté des autres, ils ne vivent pas dans leur bulle. Non, ils sont constamment en lien, ils sont en permanence connectés, ils sont capables de coopération, ils sont capables de s’unir pour se battre pour des idéaux, de défendre des valeurs qui leur font sens. Ces hommes et ces femmes sont constamment en interaction : ils s’influencent alors les uns les autres, ils sont faits des uns des autres, ils sont composés et caractérisés par cette altérité.

Nous, MRJC, Mouvement d’Éducation Populaire, nous voulons témoigner que cette société existe. C’est cette vision des hommes et des femmes que nous voulons défendre.

On nous dit souvent que nous sommes une génération sans repère. Au lieu de nous faire sombrer dans l’immobilisme et de nous paralyser, nous relevons le défi de faire de ce désagrément une chance. Nous faisons le choix d’avancer à tâtons, de ne pas faire de cet avenir qui s’obscurcit un ennemi mais un allié, nous prenons le parti de dire que nous avons de nouveaux horizons à découvrir. Nous voyons cet avenir comme une page blanche où il reste tout à inventer.

Nous ne laisserons pas le pessimisme et le scepticisme nous atteindre, nous faisons le choix de l’optimisme et de l’espérance. Aujourd’hui, nous jeunes du MRJC nous voulons nous battre pour nous permettre de vivre nos rêves, nous voulons oser rêver !

Rêver ne veut pas dire, pour nous, vivre dans une bulle éloignée de toutes réalités. Animés par nos utopies, nous refusons l’illusion de la « pureté solitaire », c’est-à-dire la construction d’un modèle parfait hors du monde. Nous voulons faire vivre le changement là où nous sommes, nous voulons agir avec les différences qui nous entourent, nous confronter à ceux qui ne pensent pas comme nous, titiller et éveiller l’opinion plutôt que d’imposer nos idées. Ainsi nous proclamons vouloir agir dans le monde pour transformer le monde. Nous savons qu’il nous faut lire le monde, essayer de le comprendre, comprendre la place que l’on y occupe et celle que nous souhaitons y avoir.

Nous sommes portés par l’idée que la dignité de l'Homme est définie par des droits égaux et inaliénables. Nous voulons défendre que toute personne, quel que soit son âge, son sexe, son origine culturelle, sociale, ethnique, sa religion, ne peut être privée de ces droits. Ils lui sont dus par le fait même de son existence. Ces droits constituent la source du développement intégral de chaque homme et de chaque femme et de l'humanité dans son ensemble : droit au travail, liberté de réunion et d'expression, droit à la justice, droit à la sécurité sociale, droit au repos et aux loisirs, droit à l'éducation ... Ils permettent à chaque homme et chaque femme de s'accomplir dans l'ensemble de sa personne et conduisent à l'émancipation et à la libération de l'être. Or, nous savons aussi que cet idéal pour les hommes et les femmes n’est pas une réalité pour tous, que parfois leur dignité est totalement niée.

A l’heure où la jeunesse souffre du statut qu’on lui donne. A l’heure où la situation économique de nos pays fragilise les hommes et les femmes dans les moindres recoins de leur quotidien. A l’heure où certains pays se battent encore pour tenter de faire émerger la démocratie. A l’heure où nos paysages sont saccagés pour la course au profit et au gain du temps, où le lobby économique vaut parfois plus que la parole de certains citoyens, nous ne pouvons rester inactifs. C’est dans notre quotidien, que la dignité se défend. Car une action aussi petite soit-elle, à l’échelle de chacun de nous, peut faire acte de résistance et peut changer les choses progressivement. Au lycée, en famille, dans notre village, il n’est pas vain d’agir. C’est ici, que commence le refus de l’inacceptable.

En tant que chrétiens, en tant qu’humanistes, en tant qu’hommes et femmes tout simplement, nous devons nous engager pour changer cela. La dignité n’est pas un idéal politique lointain, elle doit se vivre au quotidien.

Ce refus de l’inacceptable est animé par les valeurs chrétiennes et humanistes que nous portons : le partage, la coopération, la fraternité, la dignité, la justice, l’amour de l’autre et de soi-même. Nous sommes conscients de nos paradoxes, des tensions que nous pouvons porter mais nous souhaitons les mettre en valeur car nous sommes convaincus que c’est ce qui compose  notre richesse et notre unicité. Nous sommes un mouvement chrétien et à la culture catholique. Nous sommes un mouvement chrétien mais regroupons une diversité de croyances et de convictions religieuses. Nous sommes à la fois un mouvement chrétien et laïque. Nous sommes fiers d’être les héritiers d’une longue tradition chrétienne, d’une histoire d’action catholique qui est forte d’engagement. C’est cette vision de l’Église que nous souhaitons défendre. Nous sommes un mouvement géré et animé par des jeunes mais nous croyons en la richesse de nous faire accompagner par des personnes plus âgées et à vivre l’intergénérationnel. Nous sommes un mouvement rural mais nous sommes nombreux à avoir les pieds en ville et le cœur à la campagne.

Le monde est fait de pluralités, il en est de même pour nous.

La liberté d’association dont nous jouissons est un bien précieux que nous souhaitons défendre car au-delà de l’engagement politique et de l’organisation collective qu’elle permet, elle est nous fait vivre une expérience collective hors du commun. L’agir-ensemble, nous l’expérimentons tous les jours, a pour moteurs le plaisir et la convivialité : dans un projet local comme dans une instance décisionnelle, la réussite de l’action ne dépend pas seulement d’une cohérence politique, mais aussi du vécu commun et partagé par les personnes.

Certains diront qu’il faut être fou ou inconscient pour penser que nous sommes capables de changer les choses, pour oser la société autrement, que l’alternative et la transformation sociale sont des grands mots et des utopies, à ceux-là, nous leur dirons qu’ils sont chanceux car ils nous ont. Oser rêver les choses autrement : c’est notre réalité, notre envie, notre espérance. C’est ce qui fait que nous sommes convaincus de notre action et pourquoi nous voulons permettre à d’autres générations de vivre cet engagement, ces utopies et ces projets à leur tour.

Nous ne voyons pas notre résistance comme un front qui ferait barrage et nous figerait sur place. Nous vivons notre résistance comme un élan créateur."

Action régionale

Agriculture

Avec nos partenaires

Avec notre réseau

Chantier

Débat

Démocratie

Développement durable

Dons

Ecologie

Economie

Economie sociale et solidaire

Education

Éducation populaire

Emploi

Foi et laïcité

Formation

Interculturel

International

Manifestation

Mobilité

Monde rural

National

Politique

Projet local

Séjour

08:35:18